Finances : le mensonge, principale source d’inspiration de la municipalité

Souvenez-vous, pour se faire élire la liste Pudal racontait que la ville était endettée, annonçait un audit qui n’a jamais eu lieu et prétendait en 2014 devoir emprunter 1 million d’euros. Rien de tout cela n’était vrai évidemment. Preuve à l’appui, les comptes officiels 2014 : 0 emprunt !

emprunt1m

Extrait du journal municipal de septembre 2014

L’explosion des frais de personnel confirmée

Comme nous l’avions déjà dénoncé, les dépenses de personnel sont en forte hausse : parmi les bénéficiaires de ces embauches, on retrouve des époux, épouses, beau-fils et filles d’élus de la nouvelle majorité et des embauches qui révèlent le clientélisme du maire.

Les investissements sérieux en berne mais du bling-bling couteux !

Il est loin le temps des investissements réguliers pour remettre cette ville en état et des grands travaux de voirie notamment. En deux ans maintenant, la municipalité a tout juste colmaté les trous d’une rue. Plus facile de dénigrer l’équipe précédente que de faire mieux !

Pour vous consoler, la majorité investira dans une piscine flottante : un gadget pour vous donner la possibilité d’aller vous tremper dans l’eau verte du Lot… au milieu des crapauds ! Le recrutement d’un maître-nageur est en cours. Il devra savoir nager en eaux troubles pour travailler pour la mairie de Sainte-Livrade !

Endetter la ville… sans faire de travaux !

L’emprunt toxique Dexia de 3,4M€, reproché à tort à notre équipe, datait de la période Zuttion-Geoffroy-Borderie. Le Maire, obligé de le reconnaître, a soutenu que c’était une belle affaire… mais qu’il fallait s’en débarrasser. Quelle logique ! Il a donc décidé un refinancement de cet emprunt toxique par une autre banque mais de très fortes pénalités, source d’intérêts supplémentaires, sont appliquées à la commune. Pas très avisé comme gestionnaire ! Il a réussi à faire une plus mauvaise affaire que l’équipe Zuttion tout en prétendant le contraire.

Triste bilan des deux premières années de mandat : aucune réalisation significative mais des dettes supplémentaires liées à une gestion douteuse et clientéliste. De quoi s’inquiéter jusqu’à la fin du mandat !

Partages