Ecoles : vigipirate a bon dos

Des barrières ridicules et inutiles compliquent le stationnement des parents devant les écoles. Rien n’oblige à cette installation, contrairement à ce que prétend le maire, voyez à Villeneuve-sur-Lot par exemple ! Quant à l’interdiction d’entrer dans les écoles, les parents font bien de passer outre car l’intérêt des enfants doit primer sur des mesures dites « de sécurité » manifestement illégales tant elles sont inappropriées et excessives.

Le prétexte du plan Vigipirate a toutefois permis à la mairie de flinguer la belle fête des écoles qui se déroulait habituellement dans la cour de l’école Jasmin. Tout comme le carnaval, lui aussi supprimé.

Le Carnaval en 2013 attirait beaucoup de monde

Le Carnaval en 2013 attirait beaucoup de monde

Ces événements signent le désengagement de la municipalité pour les écoles pourtant situées en réseau d’éducation prioritaire, REP. Notre classement en quartier prioritaire pour la politique de la ville est une reconnaissance d’une forte concentration de problèmes sociaux et éducatifs qui mériteraient au contraire une attention accrue des élus car les écoles constituent la compétence principale des communes.
Les Temps d’Activités Périscolaires (TAP) doivent être organisés trois quarts d’heure par jour et non pas une après-midi par semaine comme la municipalité l’envisage pour se simplifier la vie, car l’objectif de la réforme est de faciliter l’apprentissage des enfants en étalant le temps de classe sur quatre jours et demi.

L’incompétence et les caprices des élus ne doivent pas nuire à la réussite de nos enfants.

Vigipirate ? Connait pas !

Comment le maire justifie-t-il les mesures pour entraver ou supprimer les animations traditionnelles et le fonctionnement des écoles alors que le plan Vigipirate n’empêche en rien ni le salon de la BD, ni les Marchés de Pays du vendredi soir, ni la fête des familles. Curieux non ?

Partages